Triclosan – Un produit chimique, des problèmes, une solution

tumblr_my0h2tSpAt1qievavo1_1280

Triclosan – Un produit chimique, des problèmes

The Physicians For the Environment (AefU) en collaboration avec PingWin lancent aujourd’hui une pétition en ligne : « interdiction du triclosan – immédiatement »

Le triclosan est un produit chimique organique de synthétisé à partir de pétrole, de plus en plus utilisé comme biocides dans des produits de grande consommation.

Malheureusement, ses effets biocides ne disparaissent pas une fois le produit utilisé : il pénètre dans notre organisme et notre environnement. Un biocide ! bio + cide = qui tue la vie. Le triclosan est même présent dans les tissus humains (tels que le sang du cordon ombilical et le lait maternel).

Ce produit chimique, en plus d’être mortel pour les cellules des organismes vivants avec lesquels il entre en contact – de manière voulue ou non –, est également soupçonné d’être un perturbateur endocrinien, un élément cancérigène, capable de nuire à la qualité du sperme, au foi et aux muscles. Le fait qu’il s’accumule dans notre corps déclenche et facilite la résistance aux antibiotiques. De tristes nouvelles pour les fœtus, les bébé et nous, adulte ; de pires nouvelles encore pour notre écosystème.

L’Etat américain du Minnesota a banni le triclosan sous toutes ses formes sur l’ensemble de son territoire, en juin 2014.

En ce qui concerne les USA, la Food and Drug Administration a tenté à plusieurs reprises d’interdire ce composé chimique et ce depuis 1974 ; mais en vain, l’industrie résiste et fait face. Au lieu de retiré le triclosan du marché, les firmes industrielles continuent sans cesse d’accroître la présence de ce biocides dans plus en plus de produits, chaque jour, à travers le monde. Mais comment cela est-ce possible ? C’est tout bonnement « grâce » -à cause de – à la crainte omniprésente des consommateurs quant aux risques d’ingérer ou ne serait-ce que d’entrer en contact avec des « microbes » et un désir croissant de ses derniers à tout faire pour limiter leurs senteurs naturelles. Le triclosan est également utilisé pour ses propriétés de conservation, puisqu’il prolonge la durée de vie de nombreux produits, ce qui facilite grandement les questions de production et de logistique. Mais est-il réellement un élément primordial pour l’élaboration de nos dentifrices, par exemple ? Ou dans notre savons – au sujet duquel nous savons que le fait de se laver les mains avec des bulles de savon est suffisant pour l’hygiène dans des situations quotidiennes ?

L’AefU et PingWin Planet se sont procurés un échantillon composé de 67 produits ordinaires que l’on trouve dans la plupart des magasins Suisse et ont retrouvé du triclosan dans bon nombre d’entre eux, dont voici quelques exemples :

Dentifrice – Colgate Total (Colgate Palmolive) et Candida halitose (Migros);

Déodorants kfree par Calvin Klein, Gucci by Gucci, 1 million par Paco Rabanne.

Crème pour le corps Lipoderm Omega par Spirig),

Savons Hygrolet Antibact de main

Poudres pour les pieds, par exemple Gehwohl med. Poudres pour les pieds

Chaussettes, Hundepfoten- et Sextoyreiniger

Les sacs en plastique

Les institutions fédérales et cantonales de contrôles, qui se voient constamment confier de nouvelles tâches et autres responsabilités supplémentaires, n’ont tout simplement pas le temps et les capacités de recueillir suffisamment d’information pour ainsi mener les études appropriés sur la présence du biocides et les effets qu’il engendre. Le laboratoire cantonal de Zurich par exemple, affirme qu’aucun étude sur le marché portant sur le triclosan, utilisé dans les emballages alimentaires en Suisse n’est disponible.

La Suisse, pays le plus démocratique au monde, nous offre néanmoins une alternative à cette issus : la pétition en ligne portant sur « l’interdiction du triclosan, immédiatemment » semble être la clé aux problèmes liés à la omniprésence croissante du biocides.

Le projet tend à remplir ces objectifs :

  • La reconnaissance au niveau juridique du lait maternel comme étant de la nourriture (il ne l’est pas à l’heure actuelle).
  • Une surveillance systématique et régulière afin de déterminer la présence ou non de tout contaminant.

Pour en savoir plus, s’il vous plaît visitez http://www.aefu.ch/triclosan-verbieten

Vous pouvez aussi vous adresser à:

Dr. med. Peter Kälin, président AefU 079 636 51 15

Dr Martin Forter, Directeur AefU 061 691 55 83

Maja Widler, Co-président PingWin Planète 079 285 99 27