Détox

La plupart des modifications géologiques et biologiques sur la surface de la terre furent extrêmement lentes durant les millénaires précédant le néolithique et la révolution industrielle.

 

Mais les transformations introduites par l’expansion soudaine de notre économie – principalement l’augmentation de la production agricole et la consommation d’énergie – se sont produites à un rythme étonnant au cours des dernières décennies.

 

De surcroit, au siècle passé, les métaux lourds, les hydrocarbures et les produits chimiques organiques synthétiques se sont accumulés de façon délétère.

Les dépôts continus et croissants de substances toxiques via des sources aériennes, la transformation industrielle, les engrais, les pesticides, les matériaux constituant les biens de consommation et les produits pharmaceutiques ont des conséquences systémiques sur la santé biologique et produisent des effets néfastes tant au niveau mondial, régional qu’individuel.

Les inconvénients majeurs de ces substances néfastes sont l’étendue de leur durée de vie, leurs effets synergiques et la bioaccumulation qui modifient la composition chimique des tissus, sans nécessairement causer de blessures visibles ou immédiates, mais aussi la perturbation des processus métaboliques dans les tissus vivants et leur résistance à la désintoxication métabolique.

 

Une préoccupation supplémentaire découle des multiples voies d’exposition et de complexes “effets cocktail” lorsque ces substances interagissent.

La complexité et la multi-causalité des systèmes biologiques touchés, ainsi que le temps de latence entre l’exposition et les dommages – particulièrement en matière de reproduction et de développement dans de multiples générations (connu sous le nom d’effets transgénérationnels) – signifie qu’il est laborieux de tisser un lien entre des maux actuels et des expositions antérieures, même si leurs effets sont graves et permanents.

Il est toutefois possible de sensibiliser la population quant à ses choix de style de vie et de consommation afin d’encourager une préférence pour des produits moins toxiques et plus équitables. Il existe aujourd’hui des alternatives plus saines et simples pour pratiquement tous les produits et services disponibles.

De manière générale, les plantes et les animaux cultivés et élevés dans des environnements contaminés – en contact avec les engrais et les pesticides présents dans les sols et l’air – sont plus enclins à absorber des substances toxiques. Les produits biologiques, les produits laitiers et la viande biologiques sont par conséquent moins contaminés.

L’absorption respiratoire et cutanée a lieu grâce à l’utilisation de nombreux produits de consommation, tels que les tissus synthétiques des vêtements et les tissus d’intérieur, les cosmétiques, les produits d’hygiène personnelle, les produits de nettoyage, les parfums, les ustensiles de cuisine, les jouets et les matériaux de construction. Ces biens de consommation sont fabriqués avec des combinaisons de plus de 80 000 produits chimiques, dont la plupart n’ont jamais été testés pour leurs effets sur la santé.

Les quelques substances qui ont fait l’objet d’examen scientifique à ce jour, induisent souvent des effets nocifs permanents. Malgré cela, leur emploi est autorisé.

Voici quelques règles pouvant nous éviter, ou atténuer les expositions quotidiennes:

Manger bio. Ne pas utiliser de pesticides, de biocides et d’insecticides.

Éviter l’exposition de pesticides qui dérivent des avions, dans les centres de vacances, les parcs et les régions agricoles.

Porter des vêtements fabriqués à partir de fibres naturelles et non-traitées pour la résistance aux taches ou aux imperméables. Sélectionner aussi ce type de fibres non-traitées et naturelles pour la maison.

des conseils simples

Éviter les aliments et les boissons transformés et emballés. Favoriser des emballages en verre au lieu du plastique, ou encore des emballages d’étain recouverts de plastique.

Ne pas bruler le plastique, ni y réchauffer ses aliments. Cela inclut les contenants en plastique, la vaisselle en plastique et les ustensiles antiadhésifs, ainsi que les bouilloires. Eviter l’usage de plastique dans les fours à micro-ondes, mais employer des contenants en acier inoxydable ou en verre.

Etre prudent en utilisant des produits d’hygiène personnelle, des écrans solaires, du maquillage, des agents d’entretien de la maison et des produits antibactériens. Sélectionner des options simples et naturelles – tels que le bicarbonate de soude et le vinaigre pour le nettoyage; l’ombre pour se protéger du soleil et des huiles végétales bio comme soins hydratants.

Aérer les nouvelles voitures et les pièces fraîchement repeintes. Ouvrir les portes pour permettre à l’air de circuler avant de monter dans une voiture qui a été laissée au soleil.

Ne pas laisser les enfants dormir dans des chambres qui dégagement des gaz chimiques de peinture, du plancher en vinyle, de la tapisserie, de la literie synthétique ou des jouets en peluche. Éviter les produits chimiques volatiles sur les lieux de travail, surtout si vous êtes en contact avec la production ou la vente de biens ou de services de consommation synthétiques contenant des substances chimiques. En particulier, les expositions en milieu professionnel pendant la grossesse peuvent conduire à des dommages permanents chez les futurs enfants.

Eviter les produits de rinçage et les adoucissants en utilisant des savons naturels pour la lessive. Aérer les vêtements nettoyés à sec.

Renoncer aux médicaments inutiles.

Si possible, choisir votre bien immobilier dans des zones éloignées de l’industrialisation à grande échelle, de l’urbanisation ou des routes à fort trafic. Tester les sols pour la recherche de contamination si la propriété comporte un jardin.

Il est maintenant bien connu que la dégradation de la biosphère due à la chimie et aux métaux lourds est le facteur limitant le plus important de la production alimentaire, de la reproduction humaine et de l’intelligence sur une base globale. Toutefois, la réduction de l’exposition personnelle est encore possible par des choix de vie conscients.

Arcade des découvertes
LIENS EXTERNES

Decreasing your exposure to environmental contaminants, Dr. Louis Guillette

Forbes report on the study, published in The Lancet Neurology, finds chemicals likely contributing to the “global, silent pandemic of neurodevelopmental toxicity” in children.

What happens in your body when you switch from eating conventional food to organic? Short video about a family. By the Swedish Environmental Research Institute IVL, and COOP. The full report is available here: https://www.coop.se/organiceffect

50 ways boost your sperm count

The Guardian article: Studies have shown links to low libido, low sperm count, early onset of puberty (increase the risk of breast cancer) and diabetes. Phthalates can cross the human placenta

Prevent cancer dogs

Detox gallery

What's on my food?

Microbes: Gut to brain, Dr Kelly Brogan

Try: Biodynamic gardening

Dr Alex Liu of Harvard explains that pesticides are not great in the foodin a 2 min video for the EWG

L’effet cocktail scientifiquement prouvé

20 Reasons to Go Organic